Ca m'épuise, ce jeu. 

 

Tu es là, mais tu n'es pas là en même temps. Je ne sais pas. C'est comme si tu voulais me garder près de toi, mais pas trop proche non plus. Comme si tu voulais que je reste à tes pieds, accrochée à toi, juste assez pour me donner envie de te voir, de te parler, de t'apprécier, pour ne pas que je m'en aille. 
Seulement, tu fais comme le strict minimum, sans vraiment donner grand chose en retour.

 

Je ne sais pas. Je ne suis pas habituée à ça. Moi qui suis plutôt accoutumée à du ghosting total, à de l'ignorance complète, toi tu trouves le moyen de m'envoyer quand même des messages. C'est si réconfortant, si agréable, si nouveau pour moi ! Et pourtant, je me navre à me réjouir de ça. Qui es-tu pour m'avoir abaissé à ça? 

 

Et en même temps, la faute à qui, comme toujours... 

C'est moi qui suis faible

C'est moi qui demande trop

C'est moi qui attend trop.

 

Tu n'as clairement pas envie de t'engager, mais tu sembles apprécier ma compagnie. Seulement voilà, intuitivement.. Je peux le sentir. Tu ne me poses pas de questions, tu t'intéresses à peine à moi. C'est moi qui te demande comment tu vas, ce que tu fais. Tu te contentes de répondre et de parler de ta vie. 

 

Je me retrouve là, dans les transports, à me rendre compte de ce que je fais. Qu'il est déjà trop tard, car j'ai cette frustration en moi. Il est déjà trop tard car j'en attends trop, bien trop. Je devrais te laisser, t'oublier, passer à autre chose, car toi, tu ne m'apportes rien de bon, je peux déjà le voir. Tu vas me faire du mal. 

Mais en bonne masochiste... Je continue. Car j'aime te parler. J'aime te voir. J'aime recevoir des notifications de toi.  C'est terrible. J'aime beaucoup trop me faire du mal. C'en est presque maladif. 

 

J'en ai marre. De Jouer à ce jeu, sans arrêt. J'en ai marre. D'être la faible de l'histoire. C'est un cycle sans fin. J'aimerais tant que ça s'arrête.