Je ne sais pas quoi penser.

 

Je me sens misérable.

 

Il est si loin mais en meme temps, il pourrait rester si proche de mon coeur. On pourrait communiquer, continuer a poursuivre cette relation, continuer a la faire vivre, a l'entretenir. Elle pourrait survivre a cette distance, voire meme mieux, grandir, se retrouver épanouie. Nos retrouvailles seraient magnifiques, l'accomplissement de quelque chose de grande valeur, un vrai success.

 

Mais j'ai bien du me rendre compte que je me miroitais d'illusions. 

 

Mon coeur est faible. Ou froid. Il est compliqué et en meme temps fatigué. 

La distance a eu raison de lui, il s'est meurtri au fur et a mesure que les jours ont passé, et finalement s'est retrouvé a n'etre qu'un petit caillou tournant le dos a cet homme. 

 

Ou ... serais-je encore en train de me mentir ? 

 

Peut-etre sinon que la distance n'a rien avoir, que seul moi, mon etre, en est la cause. Je crois que j'ai peur. a la fois de ce que je suis, et de ce que je deviens. Un etre distant, difficile a cerner, qui a du mal a aimer. Un etrre faible, qui succombe aux épines de la distance, tout comme a la froideur de l'insensibilité. A la fin, il ne reste plus que moi, et ma pauvre entité, ces fragments brisés de sentiments qui ont autrefois été brulants, et un coeur meurtri, figé par le passé et froissé par la séparation, et la douleur d'avoir fait subir cela a l'autre, la douleur de lui infliger cette peine. 

Je te demande pardon, F.

 

Je suis faible. Et mon coeur pese a cause de cela. Non pas parce que je me rends compte que je peux etre un etre deplorable, mais parce que l'idée de te faire souffrir est encore plus douloureux pour moi que n'importe quelle autre forme de torture.

 

Alors que dois-je faire? 

 

Je contemple une route qui s'efface..